Le Forum des Cafes philo

Forums des cafes philo, forum du projet ONG cafe philo, English Speaking too.


    Les démocraties, conduisent-elles à des oligarchies ? (Octobre 2011, Annemasse)

    Partagez
    avatar
    Rene
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/06/2011
    Age : 58
    Localisation : ANNEMASSE - HAUTE-SAVOIE

    Les démocraties, conduisent-elles à des oligarchies ? (Octobre 2011, Annemasse)

    Message  Rene le Sam 22 Oct - 10:17

    Question de départ : Les démocraties, conduisent-elles à des oligarchies ?

    Posons le contexte :
    A l'origine des révolutions, il y a un seuil critique du niveau d'alphabétisation et d'instruction atteint par les populations. En deçà, on reste dans des logiques tribales, soumises aux logiques de groupes, de cheffaillons ou de guérilla.
    Je m’inspire du chapitre 3 du livre d’Emmanuel Todd (Après la démocratie, 2007)) où il décrit le mouvement des couches qui stratifient la société française. Mouvements intra sociétaux que l’on peut certainement extrapoler à d'autres sociétés occidentales.

    Perspective historique :
    "L’écrit fut d’abord le privilège des prêtres, puis des marchants, des nobles et des artisans, avant de s’étendre jusqu’aux ouvriers et artisans. Le processus même de l’alphabétisation donne le sentiment que naît un monde où tous les groupes sociaux, tous les individus ont quelque chose en commun, au-delà des différences de statuts économiques. On peut dire que l’alphabétisation « est » la naissance de la démocratie en tant qu’égalité des conditions." Emmanuel Todd.

    Les étapes depuis 1914
    Généralisation de l’alphabétisation pour les jeunes adultes, hommes et femmes, mais le nombre de lycéens, bacheliers, étudiants reste infime.
    L’âge d’or des idéologies correspond à cette démocratisation des savoirs de base. On prend consience de sa condtion, il est facile de mobiliser des masses alors peu instruites.

    A partir de 1961
    L’augmentation du nombre de lycéens, bacheliers, étudiants brise l’homogénéité éducative. Mai 68 résulte en partie de cette nouvelle révolution éducative. Cette période amorce aussi celle d’une inégalité dans l’accès à l’éducation supérieure.

    Résultats sur le long terme
    A partir des années 70/80, la société se divise en instruits primaires, éduqués secondaires et diplômés supérieurs et l’on critique le niveau réel d’éducation de cette « élite » de masse (ceux qui vont plus loin que le bac).
    Pour la première fois, les éduqués supérieurs peuvent vivre entre eux, produire et consommer leur propre culture. Le monde dit « supérieur » peut se refermer sur lui-même. Auparavant, les intellectuels pouvaient et devaient s'adresser aux masses.

    Culture de narcissisation et fin des pyramides idéologiques
    La disparition des idéologies traditionnelles ( petits et grands patrons de droite/monde ouvriers de gauche et gaullisme plutôt de droite) renvoie chaque strate éducative à ses déterminants propres. La communication se raréfie entre les niveaux hiérarchiques. Chacun se pense avant tout comme soi, avec les problèmes de son groupe d'appartenance, et non plus en tant que personne partageant un destin commun au sein d'une société perçue comme un ensemble.
    Au final, l’éducation de masse stratifie la société en de multiple couches plutôt qu’elle ne l’unifie.

    L’oligarchie démocratique
    Elle résulte de ce processus qui donne à voir que ceux qui gouvernent comptent, certes, des élus, mais ils ne représentent plus les citoyens.
    Ils ne les représentent pas comme « pairs » (même communauté de vie que les citoyens).
    Ils ne les représentent pas comme « porte-paroles » de leurs préoccupations/conditions de vie.
    Ils ne les représentent pas en raison de leur impuissance à gouverner.
    Ils ne les représentent pas en raison du traitement des privilèges qu’ils s’accordent une fois qu’ils sont élus.
    Ceux qui gouvernent forment une classe sociologiquement à part du reste des citoyens.

    Constat sur le plan démocratique :

    Abstentionnisme en augmentation
    Vote incontrôlable (imprévisibilité des sondages)
    Dérive vers la droite depuis 1995 (Jacques Chirac), contre Le Pen (2002) puis, Sarko en 2007
    Emeutes et protestations en augmentation
    Désaveu à l’égard des gouvernements grandissant

    En guise de conclusion de cette introduction

    Bien entendu, mon propos peut être vu comme populiste, mais il ne l’est pas. N’importe quel citoyen s’inscrivant dans le système pourrait suivre le même parcours qu'un Bérégovoy ou un Sarkozy s’il en avait l’ambition. Il ne s'agit pas donc pour moi, de critiquer les élites au profit de celles/ceux qui ne le seraient pas (Sarko est plutôt un arriviste dans le tableau). Ni je ne valorise les non instruits ou ceux qui le seraient davantage. Ce descriptif se veut socio anthropologiste et réflexif.

    Les conditions de changement de notre société ne dépendent plus aujourd'hui de qui gouverne (la fin des idéologies) mais entre autres, de nouvelles manières de penser de comment se fait société et comment elle s'organise structurellement. C'est l'un des questionnements philosophiques implicites de ce sujet : si nos démocraties (la française pour le moins) conduisent à des oligarchies, faut-il les (la) réinventer ?

    Ps. Voici un lien vers un sujet dont le titre est éventuellement populiste :
    Si on prenait aux riches, ça ferait combien pour les pauvres ? lol!


    _________________
    René Guichardan,
    Ps : pour activer les liens des messages du forum, il faut être "inscrit". Merci de votre compréhension.
    Les sujets des cafés philo Annemasse-Genève
    Les cafés philo de France et du monde
    avatar
    Rene
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/06/2011
    Age : 58
    Localisation : ANNEMASSE - HAUTE-SAVOIE

    Re: Les démocraties, conduisent-elles à des oligarchies ? (Octobre 2011, Annemasse)

    Message  Rene le Jeu 15 Déc - 9:07

    Bonjour,

    je trouvais intéressant cette phrase de Boris Cyrulnik qui, se référant à Michel Foucault, dit : Toute institution évolue spontanément vers la perversion.

    On trouve l'origine de cette citation dans cette vidéo : http://www.contacttv.net/i_extraits_video.php?id_rubrique=601

    Si cette assertion est vraie, et elle semble l'être (les groupes au pouvoir forment des monopoles qui verrouillent leurs positions dominantes, et ils le font aux mépris de leurs responsabilités et engagements citoyens premiers), alors, ce sont des correctifs dans les constitutions et des indicateurs du partages des savoirs, du développements des personnes, de l'égalité des chances, de la transparence des institutions vers lesquels doivent évoluer nos démocraties.
    En effet, on ne peut attendre grand chose de l'évolution de l'être humain en tant que tel. C'est sur son organisation sociale et le nombre de ses interactions qu'il faut compter.


    _________________
    René Guichardan,
    Ps : pour activer les liens des messages du forum, il faut être "inscrit". Merci de votre compréhension.
    Les sujets des cafés philo Annemasse-Genève
    Les cafés philo de France et du monde

      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 3:35