Le Forum des Cafes philo

Forums des cafes philo, forum du projet ONG cafe philo, English Speaking too.


    De l'honnêteté intellectuelle (juillet 2011, Annemasse, )

    Partagez
    avatar
    Rene
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/06/2011
    Age : 58
    Localisation : ANNEMASSE - HAUTE-SAVOIE

    De l'honnêteté intellectuelle (juillet 2011, Annemasse, )

    Message  Rene le Mar 12 Juil - 11:16

    Bonjour,

    Un grand merci à Dũsa qui lançait sa première présentation de sujet à notre café philo… les insoumis et apprentis philosophes que nous sommes se sont bien agités.
    Contraindre nos impulsions force nos conceptions et déraillent en déraison.

    Rappel du thème
    : de l'honnêteté intellectuelle ?
    Support de la présentation : L'introduction du livre de Pascal Boniface : les intellectuelles faussaires. (Interview 6mn sur France-Culture. )

    Problème exprimé par l'audience :
    Pascale Boniface, fait-il preuve d'honnêteté intellectuelle en qualifiant Caroline Fourest de serial menteur ou en dénonçant les versatilités politiques d'Alexandre Adler ? On ne mentionnera pas le comique de BHL pour préserver nos côtes d'une irrésistible secousse de rires .

    En raison des intensités ressenties, voici ça et là, quelques mots formulés lors de notre soirée et dont les sens n'ont pas trouvé sens, en raison notamment de notre difficulté à calmer nos critiques à l'égard de l'auteur.

    Honnêteté et vérité, cohérence et sincérité, totalité et partie, point de vue et grille de lecture, conviction et intérêt, engagement et changement, animal social biaisé et donc toujours orienté, actes et pensées...


    Question d'arrivée : toute tentative, même partielle, de remettre un peu d'ordre dans ces pensées.... nous conduira-t-elle au plus près d'une possible vérité-honnêteté ?
    Ou faut-il dès à présent, se résigner à toutes les subjectivités, biaisés et orientés que serions tous et sans exceptions ?

    Âme en perdition, maître en convictions , apprenti en conceptions, dégainer vos crayons.
    A bientôt.


    _________________
    René Guichardan,
    Ps : pour activer les liens des messages du forum, il faut être "inscrit". Merci de votre compréhension.
    Les sujets des cafés philo Annemasse-Genève
    Les cafés philo de France et du monde
    avatar
    Rene
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/06/2011
    Age : 58
    Localisation : ANNEMASSE - HAUTE-SAVOIE

    Re: De l'honnêteté intellectuelle (juillet 2011, Annemasse, )

    Message  Rene le Jeu 21 Juil - 6:21

    Bonjour,

    Ci-dessous un modeste essai de transformer en questions quelques uns des mots-clés précédemment donnés :

    Comment l’honnêteté se différencie-t-elle de la vérité ? La cohérence est-elle en rapport avec la sincérité ? la totalité se sépare-t-elle de la partie ? Le point de vue est-il lié à une grille de lecture ? Les convictions trahissent-elles des intérêts inavoués ? L’ engagement nuit-il au changement ? Animal social biaisé, l’homme est-il donc toujours orienté ? Actes et pensées sont-ils séparés ?...

    Ce sera une étape pour l'instant.


    _________________
    René Guichardan,
    Ps : pour activer les liens des messages du forum, il faut être "inscrit". Merci de votre compréhension.
    Les sujets des cafés philo Annemasse-Genève
    Les cafés philo de France et du monde

    Francois

    Messages : 3
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: De l'honnêteté intellectuelle (juillet 2011, Annemasse, )

    Message  Francois le Mer 7 Sep - 21:11


    Comment l’honnêteté se différencie-t-elle de la vérité ?

    Intuitivement, je dirais que l'honnêteté, c'est la cohérence avec soi et la vérité, la cohérence avec les faits
    avatar
    Rene
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/06/2011
    Age : 58
    Localisation : ANNEMASSE - HAUTE-SAVOIE

    Re: De l'honnêteté intellectuelle (juillet 2011, Annemasse, )

    Message  Rene le Jeu 8 Sep - 19:27

    Merci François pour cette proposition.

    Je la trouve très intéressante en ce sens, qu'effectivement, vis-à-vis de soi, on peut faire preuve d'honnêteté, tandis qu'on peut douter de la vérité de ce que l'on perçoit ou ressent.

    Prenons cet exemple : Dsk peut être certain avoir été allumé par la femme de chambre, qui elle, est certaine avoir été agressée.
    Les convictions intérieures de l'un et l'autre ne font vérités pour personne, malgré, et supposons qu'ils le soient, l'honnêteté de chacun.

    En revanche, si des caméras avaient filmé la scène, peut-être aurions-nous pu voir des gestes de brusquerie ou des allures ambiguës donnant aux faits, la possibilité d'examiner de quelle vérité ils relèvent pour des observateurs extérieurs.

    L'exemple peut sembler provoquant mais dans les relations proches, intenses, intimes ou conflictuelles, très souvent la perception du vécu des protagonistes est inextricable et très classiquement, on peut tendre à penser que l'autre ne dit pas la vérité, qu'il se leurre ou qu'il est de mauvaise foi scratch






    _________________
    René Guichardan,
    Ps : pour activer les liens des messages du forum, il faut être "inscrit". Merci de votre compréhension.
    Les sujets des cafés philo Annemasse-Genève
    Les cafés philo de France et du monde

    Francois

    Messages : 3
    Date d'inscription : 10/07/2011

    Re: De l'honnêteté intellectuelle (juillet 2011, Annemasse, )

    Message  Francois le Ven 9 Sep - 16:10

    Dans la ligne de ce que je disais plus haut, la vérité est affaire de faits. Mais les faits sont affaire de perception et la perception est essentiellement subjective (ma perception, que je tiens pour vraie, peut différer de la tienne, que tu tiens pour vraie également, et ma vérité est donc différente de la tienne). La Vérité ne saurait être autre chose que la convergence négociée de multiples vérités, et donc susceptible d'évoluer en fonction du temps et des circonstances.

    On peut également dire que l'honnêteté précède la vérité en ce qu'elle nous force à l'objectivité, l'objectivité étant comprise comme la tentative de l'intellect de rendre compte avec exactitude de ce système qu'est l'objet, l'observateur et l’interaction entre les deux. La tentative est vouée à l'échec car nous sommes à la fois juge (externes au système) et partie (dans la position de l'observateur).
    avatar
    Rene
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/06/2011
    Age : 58
    Localisation : ANNEMASSE - HAUTE-SAVOIE

    Re: De l'honnêteté intellectuelle (juillet 2011, Annemasse, )

    Message  Rene le Sam 10 Sep - 20:07

    Salut tout le monde,

    Merci François de ton intervention.

    « Dans la ligne de ce que je disais plus haut, la vérité est affaire de faits. »
    Je partage complètement ce premier point.
    « Mais les faits sont affaire de perception (…) La Vérité ne saurait être autre chose que la convergence négociée de multiples vérités, et donc susceptibles d'évoluer en fonction du temps et des circonstances. »
    Je partage moins ce second point pour 2 raisons + 1 :
    1) Il ne fait pas la distinction entre « interprétation des faits » et les faits eux-mêmes – dans leur pleine vérité.
    2) Le mot « vérité » ne se distingue alors pas, du sens des mots « hypothèse » ou « supposition » ou « point de vue ».
    3) Conséquences plausibles de cette absence de distinction : elle conduit facilement à l’idée que tout se vaut, en ce sens où tout dépend de la vérité perçue – laquelle est indéfiniment discutable.
    Comme l’expliquait Etienne Klein dans sa conférence (grosso modo) chez les grecques, on spéculait sur l’observable, avec Newton, on spécule sur le concevable (loi de la gravitation), avec Einstein, on spécule avec l’inconcevable (relativité espace-temps) et aujourd’hui, on sait qu’il nous faudra choisir entre une théorie des cordes et celle qui s’inscrit dans la contraction infinie du big bang (en bref, on spécule avec l’inimaginable).

    Dit autrement, les faits sont fidèles à eux-mêmes depuis le départ. Seules des manières de les lire et de les comprendre évoluent (tu le dis aussi). Les vérités d’alors (ce qui était dit des faits) n’étaient donc pas toutes et entièrement fausses – le théorème de Pythagore est toujours vrai, la loi de la gravitation l’est tout autant aujourd’hui qu’à l’époque de Newton, même si la relativité d’Einstein permet d’étendre plus loin la compréhension de l’univers.

    En gros, la frange de ce qui est discutable n’invalide pas l’entièreté des vérités passées mais circonscrit avec une plus grande précision l’objet observé et son domaine d’exactitude. La vérité est donc différente de la perception des faits. La frange qui est discutable est une zone « hypothétique », quant au cœur de la vérité et de sa définition, elle peut être entendue comme un discours sur les choses dont le vrai est établi – d’où la possibilité de rentre justice lorsque les faits sont établis. En conséquence de quoi, les vérités démontrées ne sont plus discutables lorsque la cohérence est établie entre l’objet observé et l’explication donnée. Les fondamentaux de Darwin, Pythagore ou de Newton ne sont plus discutés (sauf si l'on fait entrer dans la discussion des éléments non observables ou indétectables - qui alors ne sont pas des faits).

    J’apprécie beaucoup la première partie de ta seconde proposition : On peut également dire que l'honnêteté précède la vérité en ce qu'elle nous force à l'objectivité, l'objectivité étant comprise comme la tentative de l'intellect de rendre compte avec exactitude de ce système qu'est l'objet, l'observateur et l’interaction entre les deux. La volonté d’être honnête avec les faits est certainement une condition préalable à la recherche de la vérité (le désir de rapporter le vrai d’une chose).

    Ta seconde proposition est par suite discutable: La tentative est vouée à l'échec car nous sommes à la fois juge (externes au système) et partie (dans la position de l'observateur). Je tiens en effet que les faits sont indépendants des observateurs, même si nécessairement, pour en parler, des observateurs doivent en rendre compte. Nous avons tout simplement la possibilité de poser différentes hypothèses et expériences qui nous permettent de « coincer » la vérité dans un coin, maintenant ou plus tard. On ne sait pas encore si nous pourrons le faire de toutes les « vérités ». Mais on connait de mieux en mieux les lois de l’univers, celle de la vie (biologie) et l’homme bientôt, ne se révèlera pas si mystérieux… que l’épaisseur de son romantisme, aimerait le lui faire croire. Ce n’est pas désespérant, ni prétentieux (reliques judéo-chrétiennes), mais un atout majeur pour répondre au mieux aux défis de notre monde (héritage des lumières). afro

    Imaginons cette expérience de pensée où nous aurions dans le cerveau un puce électronique qui serait l'équivalent des boites noires dans les avions. A notre mort, cette puce révélerait toutes nos opérations mentales, émotions, désirs, choix opérés entre ceci et cela. Ce dispositif + des vidéos extérieurs filmant la scène DSK et DNT (Diallo Nafissatou) ou toute autre situation, nous permettraient de distinguer les faits extérieurs et intérieures, des interprétations construites. affraid
    Se peut-il que l'humour soit un recours ?


    _________________
    René Guichardan,
    Ps : pour activer les liens des messages du forum, il faut être "inscrit". Merci de votre compréhension.
    Les sujets des cafés philo Annemasse-Genève
    Les cafés philo de France et du monde

    Contenu sponsorisé

    Re: De l'honnêteté intellectuelle (juillet 2011, Annemasse, )

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 3:36