Le Forum des Cafes philo

Forums des cafes philo, forum du projet ONG cafe philo, English Speaking too.


    Psychologiquement parlant, peut-on guérir de tout ? (Annemasse)

    Partagez
    avatar
    Rene
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/06/2011
    Age : 58
    Localisation : ANNEMASSE - HAUTE-SAVOIE

    Psychologiquement parlant, peut-on guérir de tout ? (Annemasse)

    Message  Rene le Mer 22 Juin - 20:34

    Bonjour,

    « Psychologiquement parlant, peut-on guérir de tout ? »(sujet du lundi 07.06.2011)

    Cette question a conduit à préciser certains termes, n'est-ce pas ?

    Qu'est-ce que guérir ? La guérison laisse-t-elle des traces ou, l'ancien traumatisé vit-il comme s'il ne l'avait jamais été ?
    Les traces laissées, comment comptent-elles dans la vie d'aujourd'hui ?

    "Psychologiquement", cela s'entend sur le plan intérieur et non sur celui du physique. Nous sommes partis de l'idée que le terme "guérir" désignerait une manière de penser qui ne serait plus altérée par les traumatismes passés, des peurs, même lointaines.
    Mais il se pose déjà une question, ne sommes nous pas biaisés ? Nous n'arrivons pas à nos âges (certains Very Happy ) sans être passés par certaines épreuves, lesquelles, si elles nous marquent encore, ne nous autorisent pas être neutre ou à savoir ce qu'est un état sans traumatisme (même au sens freudien - traumatisme de séparation initiale de l'enfant avec sa mère). En bref, pouvons-nous être à jamais guéri ? Pouvons-nous nous représenter ce que signifie "être sans traumatisme" ?

    Certes, on a parlé de nos sociétés qui seraient pathogènes et que ceux qui incarnaient nos modèles de réussites étaient probablement (certainement Question ) les vrais malades.

    Pourtant, que nos sociétés modernes soient plus pathogènes aujourd'hui qu'hier ne nous épargnent pas de devoir y répondre maintenant. A partir de quel modèle ou paradigme de penser le faisons-nous ?
    En fait la question qui se dessine et qui fût indirectement soulevée en fin de débat se précise : Si nous ne sommes pas guéris de nous-mêmes ou de nos traumatismes, pouvons-nous penser, projeter ou désirer un modèle de vie ou de société sain (non pathogène), alternatif ou meilleur que celui qui nous confronte aujourd'hui ?

    Merci de votre lecture, merci d'avoir participé à ce débat.

    Pour répondre à ce message ou réagir à d'autres idées exprimées lors du débat d'hier, cliquez sur REPONDRE. Merci.


    Dernière édition par Rene le Mer 3 Aoû - 22:37, édité 6 fois


    _________________
    René Guichardan,
    Ps : pour activer les liens des messages du forum, il faut être "inscrit". Merci de votre compréhension.
    Les sujets des cafés philo Annemasse-Genève
    Les cafés philo de France et du monde
    avatar
    Rene
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/06/2011
    Age : 58
    Localisation : ANNEMASSE - HAUTE-SAVOIE

    Re: Psychologiquement parlant, peut-on guérir de tout ? (Annemasse)

    Message  Rene le Mer 22 Juin - 20:37

    Bonjour,

    Il y a une autre idée que j'ai appréciée (à titre personnel - non à titre de modérateur soucieux d'éclairer ou de débusquer des manières dont les problèmes se posent), c'est la distinction apportée par une de nos participantes qui suggérait de différencier les problèmes psychologiques ou traumatiques des problèmes existentiels. En effet, d'autres participants évoquaient des pratiques de prière ou des croyances qui redonnaient espoir face à des expériences trop bouleversantes.

    Quand croire ou espérer fait vivre, faut-il y renoncer au nom d'une rationalité radicale ?
    Une autre question que cela peut soulever : se peut-il que les traumatismes ou la difficulté de vivre soient à l'origine des croyances ?

    D'autres questions, d'autres réponses ?

    Ps : Pour débattre de religion ou de spiritualité,n'hésitez pas à poster votre sujet sur Le forum des mythes et de la pensée symbolique de ce site. C'est le lieu où l'évocation de sa subjectivité, son interprétation, le décryptage symbolique de son sens, de son universalisme et de son humanisme éventuel peuvent être risqués au moins à titre d'hypothèse. Les problématiques du réel-objectif sont alors laissés aux besogneux de la science et du réel.

    Merci de votre lecture.


    _________________
    René Guichardan,
    Ps : pour activer les liens des messages du forum, il faut être "inscrit". Merci de votre compréhension.
    Les sujets des cafés philo Annemasse-Genève
    Les cafés philo de France et du monde

      La date/heure actuelle est Sam 21 Oct - 19:12